Rivière Jingualiao vers Pinglin

Rivière Jingualiao vers Pinglin
La petite rivière Jingualiao 金瓜寮溪 vers Pinglin 坪林.

Ce week-end a été l’occasion de sortir un peu de la capitale pour profiter de l’air pur de la montagne. Je me suis laissé une fois de plus guider et ce n’est donc qu’une fois arrivé dans ce que j’imagine être le centre de Pinglin que je réalisais être déjà passé par là. Cette fois-ci cependant, on s’est enfoncés bien plus en avant dans la montagne, souhaitant profiter des rives de la petite rivière Jingualiao.

Rivière Jingualiao vers Pinglin
La plupart des spots plus ou moins plats étaient occupés.

Dimanche après-midi oblige, le trafic était particulièrement lourd mais on avait l’avantage d’être en décalage avec la plupart des autres automobilistes : beaucoup retournaient sur Taipei alors que nous en venions. Il n’en reste pas moins que les abords du cours d’eau étaient régulièrement ponctués de petits groupes et je n’ose imaginer ce que cela donne plus tôt dans la journée et par un temps plus clément. L’endroit est quand même très agréable et je pense qu’une exploration approfondi des environs s’impose, histoire de repérer quelques bonnes vasques suffisamment profondes pour faire peur aux moins téméraires. 😉

Rivière Jingualiao vers Pinglin
L’eau était plutôt claire mais j’ai déjà vu mieux vers Hualien. D’un autre côté, avec le typhon Soulik qui est passé il n’y a pas si longtemps, il est bien possible que ça ait influencé le cours d’eau.

Carte des environs

Erreur: un repère avec l'ID 14 n'existe pas !

Date des clichés : 2013/07/21 – Objectifs et Apn : iPhone 5

 

La mangue de Taïwan

Mangue de Taïwan
Mes premières mangues de Taïwan de la saison !!

Enfin ! On a aujourd’hui mangé notre première mangue de l’année ! Depuis mon arrivée, j’ai bien entendu pris pas mal de photos de fruits que je voudrais présenter ici pour en garder une trace, mais il me tardait vraiment la saison des mangues pour pouvoir en déguster à nouveau. Alors oui, même si on est pas mal dans le sud à Taïwan, il y a tout de même des saisons pour les fruits et on entre peu à peu dans la période des mangues. Mon premier passage à Taïwan s’est d’ailleurs fait en juin, la pleine saison pour le fruit à la chair jaune orangé, et je garde un souvenir mémorable de cette mangue toute fraîche dans laquelle j’ai croqué un beau matin au réveil. Depuis, c’est la passion – sans faux jeu de mots 😳 – et c’est empli d’une joie toute enfantine que je me suis vu offrir mes 3 premières mangues de l’année.

Mangue de Taïwan
La mangue coupée en cubes à même la peau, très certainement la meilleure méthode pour la déguster

Déjà toutes suintantes d’une sève sucrée, on ne peut pas dire qu’il était trop tôt pour en manger. Mûres, elles l’étaient, mais il manquait un je ne sais quoi pour arriver au goût profond et parfumé que mes papilles ont encore en mémoire. Je ne m’en fais pas trop cependant et j’en profite bien tout de même, gardant en tête que le meilleur reste très certainement à venir. 😉

[toggle title= »Infos pratiques » state= »open »][bullets style= »red » type= »tick »]

  • Saison : à Taïwan, de mai à juillet (référence : Uanjian)

[/bullets][/toggle]

Mangue de Taïwan

Mangue de Taïwan

Mangue de Taïwan

Mangue de Taïwan

Qingtian et ses maisons japonaises

Entre briques et béton, Qingtian, Taipei
Entre briques et béton, Qingtian 青田街, Taipei

Juste avant de venir m’installer à Taïwan, j’ai fait un tour rapide sur le net pour voir un peu ce qu’il se disait sur le pays. Bien que lisant la plupart des sites en diagonale, l’expression « maisons japonaises » rencontrées sur le blog de Sabrina m’avait bien entendu tout de suite interpelé. Quelques mois plus tard, me voilà avec une journée pas si mauvaise au niveau de la météo et c’est tout naturellement que l’évocation de ce quartier près de Guting me revient en mémoire. Quelques mots clés et recherches plus tard, je retrouve l’article de Sabrina, plus quelques autres pages qui semblent toutes pointer vers le même endroit : la rue de Qingtian et ses contre-allées (青田街).

Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
J’appelle celle-ci la maison bleue : elle est clairement à l’abandon mais elle m’a tapé dans l’œil.

Un patrimoine historique et naturel en danger

N’ayant que peu de sources que je sois à même de comprendre, je ne me permettrais certainement pas de retracer l’historique et les différentes controverses qui ont secoué le quartier de Qingtian. Pour vous donner une idée, ce voisinage se trouve au milieu de Da’an, un quartier où le mètre-carré est l’un (le ?) des plus chers de toute l’île. Comparez la rentabilité d’un immeuble de plusieurs étages et celle d’une maison japonaise de plain-pied, qui plus est avec jardin, et vous comprendrez les pressions financières qui peuvent être en jeu. Pour plus de détails, l’article Les maisons japonaises de Taipei : l’héritage vert en français me semble être parfaitement bien documenté et mérite très certainement la (longue) lecture si le sujet vous intéresse. Vous trouverez également d’autres références et articles en anglais dans la section Infos pratiques ci-dessous.

Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Végétation et briques rouges font bon ménage sous les gratte-ciels de Da’an.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Balade en famille juste à côté de l’université Shida

Une bulle de sérénité végétale dans la jungle urbaine

Si la météo n’a finalement pas été aussi clémente que je l’espérais, on ne peut vraiment pas dire que je regrette le déplacement. Certes, la plupart des maisons japonaises sont cloîtrées dans des enceintes de béton dégueulant bien souvent du barbelé à n’en plus finir, mais cela ne fait qu’ajouter à leur charme tant chaque détail de vie volé se gagne par une observation minutieuse et une nonchalance forcée mais tellement agréable. La nature et les arbres sont omniprésents. On en vient à se demander si c’est le béton qui écrase peu à peu la végétation, ou si c’est celle-ci qui se venge en étendant son étreinte aux bâtiments plus modernes. Le quartier est cependant loin de tomber en ruine et différents commerces s’y sont installés, rénovant parfois certaines des vieilles demeures nippones : cafés, restaurants, salles d’exposition, magasins de bonsaïs,… Qingtian a une vie propre, au rythme lent et délicat, et ce serait bien dommage en effet de voir une telle bulle de sérénité disparaître.

Dans le quartier de Qingtian à Taipei
L’omniprésence des arbres confère une ambiance unique et apaisante presque inconcevable à quelques mètres du chaos urbain.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei

[toggle title= »Infos pratiques – Références – Plan » state= »open »]● Horaires : accès libre
Tarifs : accès libre
Accès : prendre la sortie 5 de la station MRT de Guting 古亭站 et aller tout droit jusqu’à passer devant le campus de l’université Shida (NTNU) ; la rue de Qingtian est la troisième sur la gauche après le campus. Il y a cependant des maisons un peu partout dans le quartier et je ne peux que vous conseiller de vous perdre dans le coin avec comme point de repère central le campus. 😉
Liens utiles et références : Les maisons japonaises de Taipei : l’héritage vert par Tsai Wen-ting (fr) – Conservation of Historic Districts par Su-yi Lin (en) – Merci au blog Sabrina à Taïwan pour m’avoir mis sur la piste de ce coin 😉

Erreur: un repère avec l'ID 13 n'existe pas !

[/toggle]

Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
On peut se demander si certaines maisons sont habitées ou à l’abandon
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Jardin japonais dans le quartier de Qingtian à Taipei
Le genre de détail que l’on pourrait trouver sans problème dans un jardin au Japon
Jardin japonais dans le quartier de Qingtian à Taipei
Contrairement à la majorité, cette maison était mise en valeur grâce à un petit espace d’observation libre d’accès. Elle était malheureusement à contre-jour donc je me suis un peu amusé avec les tons.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Tout est dans le détail ici : un bout de toiture qui dépasse, de la mousse sur une colline de tuiles…
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Je vous laisse à votre sieste Monsieur Chat.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Une fresque bien sympathique et plutôt déjantée.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Une fresque bien sympathique et plutôt déjantée.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Une fresque bien sympathique et plutôt déjantée.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Le quartier est réputé très cher mais on trouve parfois des parcelles vides et aménagées comme celle-ci : une véritable respiration verte au milieu de la grisaille des ruelles.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Pas vraiment symbolique du quartier mais plutôt de toutes les petites ruelles que l’on trouve dans Taipei.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Là encore, un bout de maison japonaise. La partie donnant sur la rue étant une façade moderne, je me demande si l’ancienne maison est simplement derrière ou a été amputée pour être utilisée comme commerce sans respect de son âme d’antan.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
J’ai trouvé ça marrant et assez représentatif d’une certaine image que je me fais de Taipei : un sourire au milieu des mosaïques et de la grisaille.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Certains arbres n’ont pas le loisir de pousser comme bon leur semble. Plus que de la tristesse, c’est une force impressionnante aux aguets que j’ai ressentie : l’arbre et ses racines pourraient facilement faire exploser tout ce béton qui essaie de le contenir tant bien que mal.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
L’omniprésence des arbres confère une ambiance unique et apaisante presque inconcevable à quelques mètres du chaos urbain.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Ennemi mortel : une petite maison japonaise face à un immeuble résidentiel moderne de plusieurs étages.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Face aux contraintes financières, jusqu’à quand ces voisins que tout sépare pourront-ils cohabiter ?
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
L’agressivité des barbelés s’efface peu à peu sous la douceur éphémère de ces fleurs.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Je ne savais comment prendre cette photo mais je voulais absolument immortaliser ce singulier voisinage : une maison japonaise en premier plan, la Grande Mosquée de Taipei juste derrière et la tour Taipei 101 qui se profile en fond.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Encore une esquisse de maison japonaise qui se dessine au sein d’une lucarne florale.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Cette maison a été reconvertie en maison de thé si je me souviens bien. C’était cependant fermé à mon passage.
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
Jeter un œil indiscret…
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Ce chat joue les fakirs sur ce muret de béton hérissé de tessons. Là-encore, les parois boisées d’une maison japonaise se font discrètes.
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
Jungle végétale ou jungle urbaine ?
Maison japonaise dans le quartier de Qingtian à Taipei
On ne se croirait décidément pas en plein centre-ville…
Dans le quartier de Qingtian à Taipei
L’omniprésence des arbres confère une ambiance unique et apaisante presque inconcevable à quelques mètres du chaos urbain.

Date des clichés : 2013/04/03 – Objectifs et Apn : Lumix 7-14mm et 12-35mm sur Olympus OM-D E-M5


Bureau d’immigration de Taipei

Bureau d'immigration de Taipei
Une affiche vous rappelle que votre interlocuteur est là pour vous servir avec le sourire

Ce matin, je suis allé renouveler mon visa de 2 mois pour la première fois. Avec mon expérience du bureau d’immigration au Japon, j’avoue que j’étais stressé au possible. Je me suis donc levé aux aurores, m’imaginant un monde fou, différents bureaux à visiter avec à chaque fois un ticket et l’attente qui va avec et, surtout, des têtes genre porte de prison auxquelles vous avez l’impression de devoir mendier l’autorisation de rester dans le pays pour y dépenser votre argent.

Prolonger son visa à Taipei
Premier renouvellement de visa au bureau d’immigration de Taipei

Quel choc en arrivant ! La personne chargée d’orienter les visiteurs m’accueille avec un grand sourire et un anglais parfait. Elle me signale qu’il n’est pas nécessaire que je prenne un ticket tout de suite car il n’y a personne et m’indique une table pour remplir le formulaire nécessaire. Comme je prends mon temps, elle vient me voir à deux reprises pour savoir si tout va bien et si je n’ai pas de question. Ma petite feuille remplie, je prends un numéro et accède directement à mon guichet. Là, absolument le même topo : sourire aimable et anglais parfait. La personne me prend mes documents, vérifie rapidement et me dit que mon renouvellement sera valable jusqu’au 23 mai. Je lui lance un « d’accord » après un temps d’hésitation béate face à la simplicité de la chose. Elle s’absente une minute et revient avec mon passeport et son tout nouveau tampon. Comment ça ? C’est tout ? Je sais tout de suite que ma demande est acceptée ? Je n’ai pas besoin de revenir dans 2 semaines ? Et, et, et… c’est gratuit ??! Mais ma bonne dame, c’est avec le plus grand des plaisirs que j’appuie sur le bouton excellent du boîtier de vote pour votre prestation ! Bonne journée à vous également !

Vraiment, j’en suis encore sous le choc : des fonctionnaires aimables et au service des gens (non, ce n’est pas un pléonasme malheureusement…), ça existe ! Je ne sais pas si j’ai eu de la chance mais, dans tous les cas, c’est comme ça que devrait être n’importe quel bureau d’immigration. Que ce soit pour la France ou le Japon : carton rouge ! Et si vous cherchez des idées pour améliorer votre service, vous savez maintenant où aller. 😈

[toggle title= »Infos pratiques – Plan » state= »open »][bullets style= »red » type= »tick »]

.:: Infos ::.

  • Accès : descendre à la station MRT de Xiaonanmen et prendre la sortie 2 ; prendre le premier passage à gauche et tourner au bout à droite ; suivre le trottoir jusqu’au bureau d’immigration qui sera situé sur la droite
  • Horaires : de 8h à 17h
  • Adresse : No. 15, Guangzhou St., Zhongzheng District, Taipei City (台北市廣州街15號)
  • Téléphone : +886-2-2388-9393
  • Hotline pour étrangers : +886-800-024-111
  • Site internet : National Immigration Agency

.:: Plan ::.

Erreur: un repère avec l'ID 9 n'existe pas !

[/bullets][/toggle]

Tour 101 et ATT 4 Fun à Xinyi

La tour 101 de Taipei
La tour 101 de Taipei

Ce soir, on est repassés par le quartier de Xinyi pour un dîner avec des amis et je n’ai pas pu m’empêcher de sortir un peu l’appareil-photo. La tour du 101 avait certes fière allure, mais c’est surtout le tout récemment rénové ATT 4 Fun et son dernier étage en terrasse qui m’a soutiré quelques clichés. La piscine avec son fond en partie transparent m’a notamment drôlement fait envie et il y a là encore de quoi approfondir avec une prochaine visite. 😉

Piscine du Skyview de ATT 4 Fun
La piscine a des fenêtres dans le fond qui donnent sur la boîte de l’étage du dessous.
La tour 101 de Taipei
Vue de la tour 101 depuis la terrasse du ATT 4 Fun.

À vélo de Fu He Riverside Park à Bitan

Bitan et son pont suspendu
Bitan, un coin touristique de Taipei célèbre pour son lac et son pont suspendu

Comme j’en parlais dans le compte-rendu de ma première balade à vélo le long des rivières de Taipei, nous avons profité du beau temps d’aujourd’hui pour découvrir un peu plus le réseau cyclable. Le premier objectif était notamment d’aller voir ce que donnait un mur d’escalade en plein air que j’avais repéré sur un plan, puis d’essayer de pousser jusqu’à Bitan, une zone touristique de Taipei réputée pour son décor naturel et son pont suspendu. C’est parti pour une nouvelle visite en photos !

Mur d'escalade à Taipei
Top rope et bouldering sont au rendez-vous sous les routes suspendues de Taipei

Je vous avais déjà parlé des nombreuses infrastructures sportives mises à la disposition de tous par la ville et je dois dire que je n’ai vraiment pas été déçu par le mur d’escalade. Que ce soit pour du top roping (de la moulinette) ou pour du bouldering (du bloc), le mur semble extrêmement complet et varié : fissures, poches, trous, surplombs,… difficile de se plaindre quand on sait que le tout est gratuit. Niveau cadre, on est, j’ai envie de dire, dans du classique : les alentours directs du mur et de la piste cyclable sont très agréables et verts au possible, mais la circulation se fait sentir, aussi bien olfactivement que visuellement et auditivement d’ailleurs, avec les mailles du réseau routier suspendu qui forment un nœud juste à ce niveau. Si ce fort contraste à quelque chose de fascinant pour l’amateur de paysages urbains, je ne sais pas trop ce que cela donne à moyen/long terme pour la pratique sportive. On verra bien.

Espaces verts et voies routières
Les pistes cyclables des rivières de Taipei sont un contraste permanent entre béton et nature

Si on retrouve cette forte présence routières plus ou moins tout le long du parcours, il m’a semblé que cette portion entre Yonghe et Bitan était plus agréable qu’en partant vers le nord, sûrement car elle passe dans des quartiers que je pense plus résidentiels. D’ailleurs, je suis persuadé qu’en cadrant différemment mes photos, vous pourriez me croire parfois perdu en pleine nature.

Bitan et son pont suspendu
Cliquez sur le panorama pour le voir en détails. 😉

Nous sommes arrivés à Bitan, près de la station MRT de Xindian, en 40 minutes à peine. Berge aménagée, pont suspendu pour les piétons, restaurants et cafés surélevés juste ce qu’il faut pour profiter de la vue, il n’y a pas à tergiverser : c’est un spot touristique qui doit grouiller de monde les week-ends. On a même droit aux cygnes pédalos pour faire une excursion sur le lac (qui n’est en fait qu’une partie légèrement enflée de la rivière Xindian) et profiter du cadre de la berge opposée encore préservée.

Bitan et son pont suspendu
Bitan, vue depuis le pont suspendu sur les eaux du « lac »

Je ne sais pas ce que cela vaut quand il y a du monde mais, très franchement, le coin est vraiment agréable et l’impression que l’on a de sortir un peu de la ville (ce qui doit être un peu le cas, Xindian étant le terminus d’une des lignes du MRT) est un vrai plaisir que l’on soit cycliste ou piéton. Et comme le réseau cyclable est décidément très bien fait, on a pu traverser la rivière et revenir sur Yonghe en suivant l’autre rive… rencontrant un sympathique groupe de cochons au passage ! Un pur bonheur donc et j’en arrive clairement à souhaiter que toute la ville soit faite ainsi.

Cochons taïwananais
On fait décidément de drôle de rencontres dans cette ville…

[toggle title= »Infos pratiques – Plan » state= »open »][bullets style= »red » type= »tick »]

.:: Infos sur la balade à vélo ::.

  • Point de départ : pont de Fu He 福和橋 (station MRT la plus proche : Gongguan 公馆站)
  • Point d’arrivée : Bitan 碧潭 (station MRT la plus proche : Xindian 新店站)
  • Longueur : environ 22,5 km pour l’aller-retour
  • Durée approximative : 2 heures en prenant son temps
  • Difficulté : très facile

.:: Plan ::.

Erreur : une couche avec l'ID 5 n'existe pas !

[/bullets][/toggle]

Mur d'escalade à Taipei

Mur d'escalade à Taipei

Mur d'escalade à Taipei

Espaces verts et voies routières

Espaces verts et voies routières

Les rives de Bitan

Bitan et son pont suspendu

Bitan et son pont suspendu

Bitan et son pont suspendu

Bitan et son pont suspendu
Bitan, sur le pont suspendu
Cochons taïwananais
Belle bête !!

Découverte du Quartier Est de Taipei

Taipei Quartier Est
Dans les ruelles près de Zhongxiao East Road Sec. 4

J’étais déjà passé quelques fois dans le quartier s’étalant de part et d’autre de l’avenue Zhongxiao East Road et je n’en avais plus ou moins retenu que les grands magasins japonais Sogo. Hier soir a cependant été pour moi l’occasion de découvrir un autre aspect de ce qu’on appelle le Quartier Est de Taipei. Derrière les impressionnantes façades d’hôtels et centres commerciaux se cache un tissage régulier de ruelles aux mailles étroites, piquées à n’en plus finir de petites boutiques de mode et accessoires design.

Taipei Quartier Est
Chaque ruelle à un style et un charme différent

On ne peut pas vraiment dire que je sois un gros amateur de shopping mais le coin a clairement fait résonner en moi une corde sensible. Serrées les unes contre les autres, les boutiques rivalisent d’originalité dans leur achalandage pour s’attirer les faveurs des passants. Le mélange de couleurs et de jeux de lumières qui en résulte teinte la nuit d’une douce mélodie visuelle. À la fois moderne et classique, entraînante et posée, la sonorité ambiante contraste immédiatement avec la symphonie trépidante des marchés de nuit. Cette partition urbaine est clairement élevée d’un demi-ton luxueux, mais le plaisir des yeux est là, et il ne coûte rien. Chose incroyable, même le ballet des scooters semblent y faire son entracte, distillant une quiétude des plus appréciables pour savourer cette petite bulle feutrée dans laquelle je vous invite également à vous glisser.

Taipei Quartier Est
Ballet d’enseignes lumineuses

[toggle title= »Infos pratiques – Plan » state= »open »][bullets style= »red » type= »tick »]

.:: Infos ::.

  • Accès :
  • descendre aux stations MRT de Zhongxiao fuxing 忠孝復興站 ou Zhongxiao dunhua 忠孝敦化站 ; les allées se trouvent au nord et au sud de l’avenue Zhongxiao East Road Section 4. Ayant seulement déambulé au hasard des rues en suivant des amies, je ne suis pour l’instant par vraiment capable de savoir si un coin et plus intéressant qu’un autre. 😉

.:: Plan ::.

Erreur: un repère avec l'ID 5 n'existe pas !

[/bullets][/toggle]

Taipei Quartier Est

Taipei Quartier Est

In the eye of the camera
Auto-portrait : j’ai pas pu résister !
Taipei Quartier Est
Beaucoup de boutiques sont tout en longueur et se résument parfois à de longs couloirs accolés les uns aux autres

Taipei Quartier Est

Taipei Quartier Est
Le quartier est bourré de détails sympa pour peu qu’on prenne le temps de s’y attarder
Taipei Quartier Est
Enseigne lumineuse

Qui dit Taïwan, dit vélo !

Je devais sûrement être le seul au monde à ne pas le savoir mais la marque de vélo Giant est taïwanaise. J’avais déjà eu un vélo Giant et le nom m’était aussi familier que celui de Shimano pour tout ce qui est dérailleurs, mais je ne m’étais pas plus posé la question que ça. Avec le nombre de revendeurs présents sur Taipei, cela devient évident et c’est donc tout naturellement que je me suis mis en quête d’un vélo de la marque pour faire mon trajet quotidien jusqu’à l’université.

Cerisier taïwanais
Fin février et les pétales de cerisier sont déjà au sol à Taipei

Avec les possibilités de vol (je suis un peu parano sur ce point depuis mes études à Rotterdam… 🙄 ), je voulais quelque chose de classique, discret et adapté à des trajets en ville, voire sur piste cyclable. J’ai donc aujourd’hui porté mon choix sur le modèle CT102 dans un gris discret. 4 000 dollars taïwanais tout de même et encore, j’ai eu une réduction car il y avait quelques traces de griffures sur le cadre. Je pense dans tous les cas l’amortir assez vite et il me tarde de partir à la découverte de la ville à mon rythme, avec un bon masque histoire d’épargner une partie des gaz d’échappement à mes poumons.

Découvrir les rivières de Taipei à vélo

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Certaines parcelles des berges servent de potagers.

En ayant un peu marre de la grisaille et de la circulation, j’ai décidé aujourd’hui de me faire une balade à vélo le long de la rivière Xindian. J’avais en effet remarqué hier ce qui avait l’air d’être une belle piste cyclable et il me tardait de voir où elle pouvait mener. En fait d’une piste unique, c’est un immense réseau qui semble couvrir les berges des rivières de Taipei, reliant les parcs et espaces sportifs publics des différents quartiers. L’ensemble est ponctué de stations où l’on peut louer un vélo ou manger un bout et autour desquelles se développent parfois boutiques et commerces.

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Des infrastructures sportives sont à la disposition de tous

Alors certes, les bruits de la ville, la vraie, et la circulation ne sont pas très loin, mais la promenade reste agréable et les possibilités de distraction ne manquent pas. Terrains de foot, de basket, de tennis, étendues vertes, appareils de fitness, bancs et tables, rochers d’escalade,… j’en oublie sûrement ! Et tout cela est bien entendu totalement libre d’accès et gratuit. Le contraste avec la ville environnante – et un peu trop présente – est d’autant plus saisissant que les berges de la rivière sont un écosystème tout ce qu’il y a de plus vivant, avec même un espace naturel préservé pour observer les oiseaux par exemple. Vous êtes plutôt amour canin ? Aucun problème : des bandes de chiens errants sillonnent la zone, vaquant à leurs activités sans se préoccuper outre mesure de l’activité humaine mitoyenne.

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Les berges et leurs barres d’immeubles

Pour cette fois-ci, nous n’avons fait que rallier le quartier de Wanhua depuis Yonghe, mais j’ai depuis récupéré une carte et il me tarde vraiment d’explorer un peu plus tout ça… avec le beau temps si possible ! :mrgreen:

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Les berges et leurs immeubles

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Des bandes de chiens errants squattent littéralement les berges.
Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Beaucoup de pylônes électriques sont sur pilotis !
Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Une zone protégée pour observer les oiseaux à quelques centaines de mètres d’une circulation dense et polluante
Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua
Le réseau de routes et d’autoroutes surélevées me semble particulièrement dense à Taipei

Les berges de Taipei entre Yonghe et Wanhua

Le Discovery Center of Taipei et le quartier de Xinyi – Prélude

Discovery Center of Taipei
Art en bouteilles au Discovery Center de Taipei

C’est bien beau de prendre le rythme des réveils à 6h du matin, mais le contre-coup finit par arriver et on se réveille un beau jour aux environs de midi. Le décalage horaire me colle donc aux basques et c’est en partie dans le but de lui coller une bonne claque que nous sommes un peu partis dans le centre-ville. Je dis en partie car le soleil n’était pas vraiment au rendez-vous pour soulager mon horloge interne. On s’est donc finalement rabattus sur le Discovery Center of Taipei, un musée bien sympathique qui se donne pour mission de faire un portrait complet de la ville, de ses origines à nos jours.

Discovery Center of Taipei
La lumière est vraiment bien gérée dans le centre.

À part un film assez intéressant, bien que trop rapide, sur l’historique de Taipei, on s’est presque exclusivement cantonnés au 4ème étage de l’ensemble. Le temps manquait, certes, mais l’impossibilité d’emprunter un audio-guide (il faut son passeport) m’avait dans tous les cas convaincu de la nécessité d’y retourner. Je ne vais donc pas approfondir le sujet pour cette fois mais, avec ce premier aperçu, je pense que le Discovery Center of Taipei est un excellent moyen de faire le point et de s’y retrouver un peu lorsque l’on vient d’arriver. En plus, l’entrée est gratuite et même une visite virtuelle est possible depuis chez soi : pourquoi s’en priver ?

Dans les rues du quartier de Xinyi
Le coin a comme des airs de ville américaine

Le quartier de Xinyi dans lequel le musée se trouve vaut également largement le détour et m’a donné une toute autre image de Taipei. Loin des rues aux bâtiments criblés d’enseignes et aux façades noircies par la pollution, là-bas, tout est un peu à l’image de la tour du Taipei 101 qui préside sur la zone. Modernisme, gigantisme et démesure semblent avoir été les mots d’ordre lors de l’urbanisation de cette ancienne zone humide très longtemps délaissée, mais qui est désormais à n’en pas douter l’une des plus importantes zone commerciale de la région. Bref, encore un coin où il va falloir que je retourne !

Discovery Center of Taipei
Une maquette (un peu) interactive de Taipei

[toggle title= »Infos pratiques – Plan » state= »open »][bullets style= »red » type= »tick »]

.:: Infos ::.

  • Horaires : de 09h à 17h du mardi au dimanche – fermé le lundi et jours fériés
  • Tarifs : gratuit – une pièce d’identité est nécessaire pour emprunter un audio-guide
  • Adresse : 1 Shìfǔ Road, Xinyi District, Taipei City
  • Téléphone : +886-2-2720-8889
  • Web : www.discovery.taipei.gov.tw
  • Web 2 : La visite virtuelle : cliquez sur la partie gauche en bleu, puis laissez-vous guider. 😉

.:: Plan ::.

Erreur: un repère avec l'ID 4 n'existe pas !

[/bullets][/toggle]

Discovery Theater
Le « Discovery theater », la salle de projection du musée
Discovery Center of Taipei
Discovery Center de Taipei
Peinture de Guo XueHu
La rue de Nan par Guo XueHu
Ancienne porte de Taipei
La maquette d’une des anciennes portes des murs de Taipei

Discovery Center of Taipei

Discovery Theater
Carte de l’ancien Taipei
Discovery Center of Taipei
Dans le Discovery Center of Taipei
Discovery Center of Taipei
Colonne de livres
Discovery Center of Taipei
Le hall principal du bâtiment abritant le Discovery Center of Taipei
Discovery Center of Taipei
L’entrée du Discovery Center of Taipei
Discovery Center of Taipei
À l’entrée du Discovery Center of Taipei
Lecture chez Eslite
De nombreuses personnes lisaient un peu partout dans l’immense librairie Eslite.
Visite virtuelle du DCT
Le Discovery Center of Taipei est également accessible via une visite virtuelle

Visite virtuelle du DCT